Arkhangelskoyé se situe sur une colline surplombant la rivière Moskva à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Moscou, c’est un endroit fort agréable pour le calme et la promenade dans un cadre champêtre

 

Ce domaine est en fait relativement récent puisqu’il date de la fin du 18e début 19e siècle, il aurait été réalisé à la demande de la famille Golitzine. En 1809 c’est la richissime famille Youssoupov qui en devient propriétaire. C’est ici que la famille Youssoupov entreposera sa très importante collection d’œuvres d’arts.
 En 1812, les troupes de Napoléon saccagèrent les lieux mais n’arrivèrent pas à mettre main basse sur le fantastique patrimoine artistique qui avait été judicieusement dissimulé peu avant l’arrivée de l’envahisseur.

 

Les Youssoupov partageaient leur temps essentiellement entre Arkhangelskoye et Saint-Petersbourg. Plus proche de nous, le prince Félix Youssoupov est l’un des membres du complot qui assassinat Raspoutine en 1916 dans la cave de leur maison familiale de Saint-Petersbourg. On a l’impression que tout cela est de l’histoire ancienne n’est-ce pas ? Pourtant non, sachez que Félix Youssoupov a émigré à Londres en 1917 pour fuir les Bolcheviks, puis a vécu à Paris de 1920 jusqu’à sa mort en 1967, en fait c’était tout juste hier.
Mais au fait, qui était ce fameux Raspoutine dont le nom est célèbre mais en réalité si peu connu de réputation ?

 

Raspoutine était un illuminé notoire qui a su tirer parti du mysticisme exacerbé d’Alexandra Fedorovna l’épouse de Nicolas II. Alexandra, avant sa conversion à la religion orthodoxe (condition indispensable pour épouser le tsar) s’appelait Alix de Hesse, en fait elle était allemande.

 A l’origine Raspoutine était un dépravé qui faisait pénitence en réalisant un pèlerinage allant  ainsi de monastères en couvents (privilégiant largement les couvents, il était, semble-t-il, insatiable  en matière de plaisir charnel). Doté, en quelque sorte, d’un charisme ensorcelant qui inquiétait de nombreux dignitaires et autres grands noms de la noblesse proche du couple impérial, il était perspicace et fort doué pour sonder un interlocuteur afin d’en tirer parti au moment opportun.

 C’est justement lorsque l’on donnait les derniers sacrements au petit Alexis Romanov, qui était au plus mal à cause d’une hémorragie (Alexis était hémophile), que Raspoutine, lui, au contraire prédit un rétablissement rapide de l’enfant. En effet, le tsarévitch passa ce cap difficile et s’en sorti quelques heures après la prédiction, ce qui termina d’anéantir les dernières retenues d’Alexandra envers cet étrange personnage. Raspoutine deviendra alors en quelque sorte le mentor ou plus précisément le gourou de la tsarine. Le tsar, en premier lieu, tente de garder ses distances mais Nicolas n’a pas la trempe d’un grand tsar, il est lui-même extrêmement influencé par l’avis de son épouse. C’est ainsi que Raspoutine finira par s’immiscer dans la politique de cette grande nation qu’est la Russie et par la même occasion porter un coup fatal à la réputation du couple impérial. Le peuple et la noblesse s’indigne de cette situation. La première guerre mondiale éclate et Nicolas s’implique intégralement aux affaires militaires en allant au front, déléguant ses pouvoirs en matière de politique intérieure à son épouse. Alexandra, avec l’inséparable Raspoutine comme conseillé, mène sans doute le couple impérial à sa perte et Nicolas ne veut pas ou ne semble pas pouvoir faire face à cette réalité fatale, un inéluctable épilogue se profile à l'horizon. 
C’en est trop, dans la nuit du 16 au 17 décembre 1916 (soit du 29 au 30 décembre selon notre calendrier) Félix Youssoupov et ses acolytes tendent un piège à Raspoutine, ils l’attirent dans la maison de Félix à saint Petersbourg et lui font manger des gâteaux contenant du cyanure. Ironie du sort, le poison est sans effet sur Raspoutine qui semble au contraire plein d’entrain (par la suite une explication scientifique expliquera que le cyanure aurait été neutralisé par un autre ingrédient de la pâtisserie lors de la cuisson). Sans doute déterminés et à bout de nerf, Youssoupov et ses complices, parmi lesquels un certain grand duc Dimitri Pavlovitch (cousin de Nicolas) lui tirent plusieurs balles dans le corps, dont une dans la tête, puis ils s’emparent de lui et le jètent  dans la petite Néva au travers d’un trou dans la glace. Il semblerait que Raspoutine était encore vivant quand il fut jeté à l’eau et serait donc mort noyé. Robuste quand même le personnage !

Sans doute tout cela n’aura servi à rien car le tsar Nicolas II sera destitué de son titre et de son pouvoir moins de 3 mois après cet épisode. Les assassins de Raspoutine qui jouissaient d’une trop grande noblesse ou réputation ne furent quasiment pas sanctionnés pour leur crime, au grand dam de la tsarine Alexandra. Les coupables, peu ou pas inquiétés, bénéficiaient en plus très largement de la gratitude populaire.
Voici donc qui était ce célèbre Raspoutine, un homme qui suscita bien des tourments au peuple russe et très sûrement à Felix Youssoupov, même après l’assassinat. Ainsi, ces deux noms appartiennent désormais à l’histoire de la Russie.

 

MENU

 SUIVANTES